Fabricants de chômeurs

Je suis de plus en plus énervé par la disparition des personnes humaines dans nos activités de tous les jours !

Depuis fort longtemps, les guichetiers à la banque ont été remplacés par des DAB . On se sert directement à la station service ; de plus en plus de caisses automatiques sont mises en service dans les supermarchés, ou bien on vous propose de jouer avec un lecteur de codes à barres pour scanner ce que vous mettez dans votre panier. Tout cela, sous le prétexte de faire moderne, de vous faire gagner du temps !!!

Mais ne croyez-vous pas que c’est surtout pour éviter de payer les employés qui faisaient avant ce travail.

Un autre exemple : La disparition de plus en plus rapide des péagistes sur les autoroutes. Il y avait depuis longtemps des péages avec paiement par carte bancaire, mais, et cela s’accélère depuis la privatisation des autoroutes, il y a de moins en moins de caisses avec un ou une péagiste, qui échange 2 mots avec vous à tout heure du jour et de la nuit. Bien sûr que ce métier n’était pas très valorisant, mais il ne demandait pas d’être bac + 5 et le salaire était bien réel à la fin du mois. De plus, de nombreux étudiants ont passé leurs vacances dans ces caisses pour payer une partie de leurs études.

Maintenant, avec un badge, on ne s’arrête même plus au péage ! Comble de bonheur pour les concessionnaires d’autoroutes, ils ne payent plus de péagistes, et les automobilistes payent plus cher pour gagner quelques minutes et créer des chômeurs

A force de supprimer tous ces emplois qui ne demandent pas un haut niveau d’études, où vont pouvoir travailler tous ceux qui n’ont pas pu faire d’études pour toutes sortes de raisons.

Avec ces salaires en moins à payer, les prix auraient dû baisser ! Avez-vous vu cela ???

 

 

Catégories: Humeurs | Laisser un commentaire

Nouveau départ pour ce site

Vous découvrez le nouveau site des Montange  de Prades le Lez ! Pas grand chose de changé au niveau du rédacteur…, mais les améliorations  techniques (Merci à mon collègue ciradien Vincent Bonnal !) permettent de rendre ce site un peu plus vivant. Il vous est aussi possible de laisser des commentaires ! Maintenant, à moi de le remplir !

Catégories: Non classé | Laisser un commentaire

Glossaire

Holothurie
ou concombre de mer. Fait partie des échinodermes, famille des oursins, des étoiles de mer. Certaines espèces sont comestibles, surtout en Chine. Florent a étudié la reproduction des holothuries à Tuléar.

Catégories: Vie pratique | Laisser un commentaire

La fondue bugiste

La fondue bugiste

La fondue bugiste ou bugeysienne (selon les auteurs !), comme la savoyarde, contient du vin blanc sec, du fromage et se mange avec du pain, mais elle diffère par le type de fromage : Comté et Bleu de Gex.

Par personne : 120 g de comté, 30 g de Bleu de Gex, 1 verre de vin sec type « Roussette de Seyssel »,

pour la fondue : Ail (1 gousse coupée en petits cubes), Sel, Poivre, un peu de beurre, du pain un peu rassis qui tient mieux sur la fourchette

Couper les fromages en lamelles
Mettre un peu de beurre dans le fond d’une sauteuse en fonte
Faire colorer l’ail sans trop roussir Ajouter le vin et porter à ébullition. Faire flamber quelques secondes.
Ajouter le Gex dans la coquelle. Remuer pour le faire dissoudre (la tradition veut que l’on remue toujours dans le même sens, on peut faire des 8 par exemple)
Ajouter le comté, continuer à tourner.
Quand tout est fondu, ajouter un peu de sel (attention le comté est déjà salé) et du poivre. Goûter et ajuster l’assaisonnement puis déguster…

Quand il ne reste pratiquement plus de liquide dans la coquelle, ajouter des miettes et de petits morceaux de pain. Les faire roussir et déguster …. C’est « la soupe » !
N’oubliez pas de mettre la cocotte à tremper à l’eau le soir, sinon la vaisselle du lendemain devra être vigoureuse !
VARIANTES : selon les goûts, on peut mettre plus ou moins de Bleu de Gex. Le grand père Félicien racontait que certaines fois, les fondues se faisaient au vin rouge et avec pratiquement que du Bleu. Bonjour la couleur des restes dans le fond de la gamelle le lendemain matin …

ATTENTION : certaines personnes (et je ne citerai pas de nom…) ajoutent de la farine pour épaissir la fondue… Quelle hérésie !

D’autres « iconoclastes » mettent dans la « soupe » un oeuf ou un peu d’alcool, mais à quoi bon : quand le vin et les fromages sont bons, autant rester sur le goût de la fondue !

Catégories: Recettes, Vie pratique | Laisser un commentaire

Montréal La Cluse, un des 7 Montréal de France

Montréal La Cluse est un des berceaux de la famille Montange.

Il y a bien sûr un Montréal très connu au Canada, mais il y en a 7 en France : dans l’Ain, en Ardèche, dans l’Aude, la Drôme, le Gers, l’Yonne ainsi qu’un château en Périgord.

Montréal La Cluse (3700 habitants environ lors du recensement de 1999) fait partie de la communauté de communes d’Oyonnax.

De nombreuses usines assurent un fort niveau d’emploi sur la commune ou les environs jusqu’à Oyonnax. Les industries du bois ont été progressivement remplacées par celles du plastique (fabrication de moules ou moulage de pièces). Oyonnax est restée longtemps « capitale » de l’industrie du plastique. La ville et ses environs comptent de nombreux ateliers de moulage ou de mécanique, si bien que l’on parle de la Plastic Valley ! En fait, les industriels oyonnaxiens se sont rendus compte très tôt de l’intérêt des matières synthétiques pour remplacer le bois et la corne dans la fabrication traditionnelle des peignes. Celluloïd (fabriquée à Oyonnax par une coopérative l’Oyonnaxienne, Bakélite, Galalithe et Rhodoïd ont été tout d’abord utilisées puis remplacées par la suite par les matières plastiques moulables (polystyrène, polyéthylène,…). Une industrie de fabrication de montures de lunettes s’est développée en lien avec les opticiens du Jura tout proche.

De nombreuses pièces en plastique partaient alors chaque jour aux quatre coins de la France, mais, depuis plusieurs années, les ateliers de moulage se sont déplacés vers les lieux où les pièces sont utilisées, – par exemple à côté des usines d’assemblage de véhicules pour les pare-chocs -, afin de travailler en « flux tendu », ce qui a entraîné la fermeture ou la réorganisation de nombreux ateliers sur la zone. De plus, les presses à mouler le plastique deviennent de plus en plus sophistiquées et automatisées et les besoins en main d’œuvre évoluent : les manœuvres, remplacés par des robots, doivent devenir des régleurs, en charge de plusieurs machines automatiques ou… pointer au chômage.

D’autres activités très répandues dans la première moitié du XXème siècle ont complètement disparu : tissage de soieries, taille de diamants, activités réalisées chez les particuliers et non en atelier. Une usine de fabrication de pipes a même existé à Montréal au début du siècle, émanation d’une entreprise de Saint Claude.

Catégories: Géographie familiale | Laisser un commentaire